Penser différemment : la pensée divergente

En France, à l’école, un enfant apprend très vite à penser d’une certaine façon. Un problème A amène une réponse C en passant par B. Si l’enfant imagine passer par un autre chemin c’est déjà compliqué, mais si en plus il trouve un autre résultat, horreur ! Le plus souvent on lui dit qu’il se trompe, que c’est faux, l’estime de soi peut en être affectée alors qu’il s’agit simplement d’une autre façon de penser.

Avec le temps, l’enfant finit par apprendre le « bon » résultat par le « bon » chemin. Il se conforme à ce qu’on attend de lui. Il reste dans le cadre, dans la case ou dans la boîte. C’est plus rassurant pour le monde autour et si l’enfant dépasse un peu du cadre il a très vite une étiquette dont il aura ensuite beaucoup de mal à se défaire.

Et pourtant, penser différemment est tellement riche en possibilités. Aucune innovation n’aurait vu le jour sans un homme ou une femme ayant osé penser plus loin, en dehors des sentiers battus, en dehors de la boîte.

Un psychologue nommé Joy Paul Guilford a créé un test célèbre dans le domaine de la créativité : Le test des usages alternatifs (« Alternative Uses Test« ). Celui-ci consiste à simplement imaginer autant d’utilisations possibles à un objet banal comme par exemple un trombone. Le test dure un laps de temps défini (10 minutes par exemple). Son but est d’inciter à penser hors des sentiers battus et à développer sa pensée divergente.

Les résultats sont analysés selon 4 critères :

L’aisance : Combien de propositions avez-vous faites?
L’originalité : Vos propositions sont-elles insolites?
La flexibilité : Vos propositions sont-elles variées (différents domaines)?
L’élaboration : Vos propositions sont-elles détaillées ou développées?

Reprenons notre petit trombone. Combien d’utilisations différentes pensez-vous pouvoir imaginer en 10 minutes?

Les champions toutes catégories à ce petit jeu sont… les enfants entre 3 et 5 ans ! Ils sont capable d’imaginer jusqu’à 200 utilisations différentes. Entre 6 et 12 ans ils en trouvent encore une trentaine et après 13 ans ils arrivent péniblement à en trouver une vingtaine. A 5 ans l’enfant ne limite pas encore sa pensée. Son trombone passera par différentes tailles, couleurs, matières alors qu’un adulte aura du mal à se détacher du trombone classique qui bien évidemment sert à relier des feuilles de papier ensemble comme on lui a appris.

En partant de ce constat, nous sommes tous capables de penser différemment, capable d’innover et de penser « out of the box ». L’important est déjà de se rendre compte de cela et de s’exercer régulièrement à penser différemment, à s’éloigner des idées préconçues.

Pour s’exercer : Prenez n’importe quel objet du quotidien (une pince à linge, un bol, un balai, etc…) et imaginez toutes les possibilités d’utilisation sans vous freiner. Imaginez l’objet avec une taille, une couleur ou une matière différente. Combinez le avec d’autres objets.

Un autre exercice consiste à dessiner des ronds sur une feuille. A partir de ces ronds, vous devez faire un dessin qui n’est pas abstrait (exemple : une horloge). Il faut pouvoir nommer les dessins avec des mots qui existent et ont une même signification pour tout le monde. Faites ce petit jeu avec votre enfant par exemple et comparez ensuite le nombre de réponses, leur originalité sans porter de jugement.

Quelques exemples d’activités favorisant la pensée divergente : les brainstormings, la tenue d’un journal, les arts créatifs, l’écriture automatique (se concentrer sur un sujet particulier et écrire sans arrêt durant un court laps de temps, suivant le fil de sa pensée).

Pour finir je vous partage une histoire qui reflète bien cette pensée :

« La chaise bleue » de Claude Boujon

chaise bleue

Ce jour-là, Escarbille et Chaboudo se promenaient dans le désert. Et dans le désert, il n’y avait rien. Rien, sauf…une tache bleue, au loin. Ils s’approchèrent : c’était une chaise. C’est fou ce qu’on peut faire avec une chaise bleue !

Je vous invite vivement à aller feuilleter cet album et à le partager avec votre enfant !

 

2 commentaires sur « Penser différemment : la pensée divergente »

  1. Pour appuyer ces propos je propose à chacun d entre vous de tester un petit jeu simple :proposer à cinq de vos amis d écrire 3 mots qu ils associent au mot FLEUR.comparez les et vous verrez que chacun pense différemment 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s